Bien protéger ses reins

Bien protéger ses reins

La mauvaise alimentation et une hygiène de vie insuffisante sont au cœur des problèmes pouvant apparaître autour du rein. Une bonne hydratation, notamment, est fondamentale. Protéger ses reins est la clé d'une vie plus longue et en bonne santé.

Image

Sommaire

- Une station d'épuration
- Insuffisance rénale : diabète et hypertension
- L'importance d'une meilleure hygiène de vie
- Adopter le régime méditerranéen
- Greffe de rein ou dialyse
- Rétention de vieux schémas
- Homéopathie
- Gemmothérapie

Pollution massive de notre environnement, surconsommation d'aliments trop riches, absence d'activité physique régulière, tabagisme et utilisation de drogues addictives… Tous ces facteurs de risques peuvent altérer le bon fonctionnement de nos reins.
"Adopter un mode de vie plus sain est le premier pas pour protéger nos reins et inverser la tendance actuelle, car une personne sur 10 sera concerné par les maladies rénales"*, explique Jean-Louis Poignet, néphrologue.

Une station d'épuration
Situés dans la partie postérieure de l'abdomen, à droite et à gauche de la colonne vertébrale, nos reins sont de véritables stations d'épuration de notre sang. Ils en éliminent les toxines (urée, créatinine, acide urique et autres déchets).
Ils servent également à équilibrer les niveaux d'eau et de minéraux dans notre organisme et produisent des hormones, des enzymes, des vitamines (vitamine D, rénine, érythropoïétine ou EPO).

En moyenne, la station d'épuration rénale traite 144 litres de liquide qui sont réabsorbés en quasi totalité par l'organisme et dont seulement 1,5 à 2 litres sont éliminés sous forme d'urine après avoir été stockés dans la vessie.*

Insuffisance rénale : diabète et hypertension
"En France, environ 11 000 patients parviennent chaque année au stade terminal d'une insuffisance rénale chronique, qui va nécessiter une dialyse ou une greffe de rein"*, précise Jean-Louis Poignet.
Les deux principales causes en sont le diabète et l'hypertension. Mais d'autres causes peuvent également entrer en jeu : néphropathies (maladies rénales), maladies rénales héréditaires, tabac, pollution (notamment l'exposition au glyphosate et aux particules fines), effets secondaires de médicaments ou de compléments alimentaires…

L'importance d'une meilleure hygiène de vie
Jean-Louis Poignet insiste sur le rôle néfaste d'une mauvaise hygiène de vie. Il recommande d'arrêter de fumer, de stopper les drogues récréatives, de faire régulièrement de l'exercice physique, ce qui permet de maintenir un poids de forme et de diminuer le risque cardiovasculaire. Pas besoin de devenir un sportif de haut niveau, quelques habitudes quotidiennes suffisent : faire de la marche à pied notamment pour aller faire ses courses, éviter les ascenseurs et monter les escaliers…

Adopter le régime méditerranéen
En matière alimentaire, il conseille de diminuer le sel, de manger des fruits et légumes, de préférer les sucres à index glycémique faible, de consommer des protéines pauvres en graisses (volailles, poisson), de préférer les protéines végétales aux animales (parce que ces dernières sont acides), de privilégier l'huile d'olive, de repenser ses modes de cuissons en évitant les grillades et les barbecues (voir : Tout est dans la cuisson) et surtout de boire de l'eau en quantité suffisante (environ 1,5 litre par jour).

En résumé, il préconise purement et simplement d'adopter le régime méditerranéen. (Voir : L'alimentation antioxydante)
"L'avenir est dans votre assiette de tous les jours et vous pouvez retarder et prévenir la majeure partie des maladies métaboliques."*

Greffe de rein ou dialyse
En cas de maladie rénale, le médecin va soigner et ralentir la progression de l'insuffisance rénale, contrôler la pression artérielle, vérifier les éventuels surdosages ou la prescription de médicaments inappropriés.
Lorsque le rein ne fonctionne plus il faudra envisager une greffe de rein ou, à défaut et de manière si possible provisoire, une dialyse (dialyse péritonéale, hémodialyse qu'on appelle aussi "rein artificiel") qui va se substituer aux reins pour nettoyer le sang et épurer les déchets de l'organisme.

Rétention de vieux schémas
Si l'on choisit d'explorer le domaine psychosomatique, on peut trouver des explications à nos maux qui peuvent (ou pas) trouver une résonance en nous.
"Les reins représentent la stabilité, le discernement, l'équilibre"**, propose Jacques Martel, psychothérapeute. Selon lui, un mauvais fonctionnement des reins dénote une rétention de ses vieux schémas émotifs ou bien "une retenue de certaines émotions négatives qui ne demande qu'à être libérées". Il peut s'agir notamment d'une peur que l'on ne veut pas exprimer ou que l'on ne veut pas s'avouer à soi-même.

Homéopathie
Les médecines alternatives et complémentaires apportent également leurs lots de solutions.
En cas de coliques néphrétiques, Michel Peltier, pharmacien, recommande le traitement homéopathique : selon les symptômes, on choisira Apis 9 CH, Belladonna 7 CH, Colocynthis 7 CH, Equisetum 5 CH, Magnesia Phosphorica 7 CH, Berberis 4 CH, Pareira Brava 3D ou Cuprum arsenicosum 5 CH. Si les urines contiennent du sang : Coccus cacti 5 CH, Thlapsi 5 CH ou Hamamelis 5CH.***

Gemmothérapie
En gemmothérapie, Nathalie Macé, naturopathe, propose de traiter les calculs rénaux par une synergie diurétique à large spectre avec des bourgeons anti-inflammatoire et antiseptique urinaires.
Par exemple : bouleau verruqueux, bruyère et frêne (10 à 15 gouttes de chaque, matin et soir, à distance des repas, pendant au minimum trois mois).
En prévention : citronnier et genévrier (10 jours par mois).****

 

Sources :
*Prendre soins de ses reins, Dr Jean-Louis Poignet, éditions Alpen
**Le grand dictionnaire des malaises et des maladies, Jacques Martel, éditions Quintessence
***Guérir – sans médicaments – c'est facile, Michel Peltier, éditions Buissière
****Gemmothérapie, Les incroyables bienfaits des bourgeons, Nathalie Macé, éditions Marie Claire

 En savoir +

Signes cliniques d'un problème rénal

Les principaux signes cliniques d'un mauvais fonctionnement des reins sont :
- tension artérielle trop élevée (peut être le signe d'une anomalie d'une artère rénale),
- urines rouges (peut être le signe d'une infection urinaire, d'un calcul rénal, d'un polype ou d'une tumeur, d'une maladie rénale),
- brûlures en urinant (infection urinaire),
- envies d'uriner fréquentes de faible abondance,
- douleurs dans le dos irradiant vers les organes génitaux (peut être le signe de coliques néphrétiques en rapport avec une pierre, c'est à dire une migration d'un calcul dans les uretères),
- œdèmes au niveau des chevilles et yeux gonflés (peut être le signe d'œdèmes rénaux),
- prise de poids inexpliquée et essoufflement,
- perte d'appétit, fatigue intense inexpliquée et troubles digestifs.*