La framboise, fruit d'été

La framboise, fruit d'été

Mmmmh ! On craque sur la framboise. Succulente nature et dans les desserts, ses nombreuses vertus en font une alliée pour notre santé. Grâce à ses antioxydants, c'est un des aliments anticancer les plus actifs. Pourquoi s'en priver ?

Image

Sommaire

- Cousine de la mûre
- Riche en anti-oxydants
- La choisir
- La conserver
- La déguster
- En vinaigre ou en boisson

Souvenons-nous de nos premières leçons sur la préhistoire : les premiers hommes vivent de la cueillette et de la chasse. Les baies sont donc probablement nos premiers aliments.
Le framboisier sauvage est originaire des zones montagneuses d'Europe. Au début de notre ère, on commence à le domestiquer puis les Romains le répandent dans toute l'Europe.
Ce n'est qu'au 20e siècle que la culture de la framboise se développe réellement.

Cousine de la mûre
Elle fait partie de la famille des ronces au même titre que la mûre.

Les variétés précoces que l'on trouve dès mi-avril sont des plantes de serre.
Celles que l'on trouve en été, cultivées en pleine terre, sont délicieuses : meeker, glen moy, schoenemann, mailing promise, héritage, lloyd george…
La loganberry, hybride américain de mûre et de framboise arrive un peu plus tard dans la saison (septembre-octobre). Elle est très grosse, rouge foncé, mais malgré son aspect appétissant elle n'a pas grand goût.

Riche en anti-oxydants
C'est une bonne source de manganèse. Elle contient aussi de la vitamine C, du fer, du cuivre.*

Elle est riche en acide ellagique et en "anthocyanines" qui ont d’importantes propriétés anti-oxydantes susceptibles de neutraliser les radicaux libres du corps, et donc de diminuer les risques de cancers, maladies cardiovasculaires et autres maladies liées au vieillissement.
Dans son livre "Anticancer", David Servan-Schreiber cite l'acide ellagique de la framboise comme un des éléments les plus efficaces pour bloquer l'angiogenèse des cellules cancéreuses.

Elle est laxative du fait de son abondance en fibres alimentaires (6,1 g/100 g).

Les petits grains contenus dans le fruit peuvent irriter les intestins fragiles. Dans ce cas, il est toujours possible de la consommer en coulis passé au tamis fin.

La choisir
Elle doit être charnue, ferme et brillante. La couleur n'est pas un bon critère car elle est différente selon les variétés.
Il convient de la choisir à point, car une fois cueillie elle ne mûrit plus.

La conserver
C'est un fruit très fragile, qu'on ne peut conserver que deux à trois jours dans le bac à légume du réfrigérateur.
Elle supporte bien la congélation, telle quelle ou en coulis.
On peut aussi la conserver en sirop ou à l'eau-de-vie.

La déguster
Nature, quel délice ! On peut bien sûr ajouter du sucre ou de la crème fraîche ou en faire des compotes, confitures, entremets, gelées, coulis, sirops, sorbets ou glaces.
En pâtisserie, elle fait merveille dans les tartes, crumbles, clafoutis, soufflés, charlottes…

Et pourquoi pas une soupe de framboise ? Il suffit de verser du vin rouge chaud sur les framboises et d'ajouter des épices (cannelle ou badiane), des zestes d'agrumes et quelques feuilles de menthe.

En vinaigre ou en boisson
Elle sert également à confectionner des boissons fermentées, des liqueurs et de l'eau-de-vie.
Le vinaigre aromatisé à la framboise se marie à l'huile de noix ou de noisettes pour des vinaigrettes magnifiques.

 

Sources :
*Passeport Santé : Framboise et mûre
Wikipédia : Framboise
**Le Grand Livre des Aliments Santé, Patricia Bargis, éditions Eyrolles
Larousse Gastronomique

 En savoir +

Rouge comme le sang d'une nymphe

Une légende raconte que la nymphe Ida, fille du roi de Crète et nourrice de Zeus, voulut calmer le chagrin de ce dernier. Pour cela, elle cueillit une framboise qui était à l'époque un fruit blanc. Elle se piqua le doigt (ou le sein, selon les versions) aux épines du framboisier et le fruit prit alors la couleur de son sang.

En 1140, le mot "framboise" apparaît pour la première fois dans la langue française. Du francique "brambasia", qui signifie "mûre", la première lettre se serait transformée sous l'influence du mot "fraise".

44 μg
de bêta-carotène
pour 100 g**

25 mg
de vitamine C
pour 100 g**

0,7 mg
de manganèse
pour 100 g**