Se protéger des manipulateurs et des manipulatrices

Se protéger des manipulateurs et des manipulatrices

S'échapper ou éventuellement tenter de contre-manipuler… Que ce soit dans le cadre amoureux, professionnel, amical ou familial, il convient de se dégager des relations toxiques qu'on peut entretenir avec les pervers narcissiques. C'est le seul moyen pour éviter d'épuiser son énergie et perdre l'estime de soi.

Image

Sommaire

- Homme ou femme, jeune ou vieux
- L'instinct du prédateur
- Des caractéristiques reconnaissables
- Oublier les idées reçues
- Mettre fin à la relation ou contre-manipuler
- Éloge de la fuite

Si une relation avec une personne n'est pas satisfaisante, si l'on ressent un mal-être en sa présence, si la communication est compliquée… C'est que l'on est sans doute dans une relation toxique.
Il faut alors se poser des questions, se protéger pour éviter de se retrouver dans un rapport de dépendance qui pourrait devenir violent (voir encadré). Qu'elle soit amoureuse, professionnelle, amicale ou familiale, une relation doit faire ressortir le meilleur de nous-mêmes. Si ce n'est pas le cas, on peut se demander si l'on a à faire à un manipulateur ou une manipulatrice.

Homme ou femme, jeune ou vieux
Ils ne représenteraient que 2 à 3 % de la population mais les manipulateurs(trices) ou pervers narcissiques sont des personnalités hautement toxiques.*

"Les manipulateurs existent à tous les niveaux sociaux, mais ils sont davantage représentés dans les hautes sphères de la société. Pas seulement occidentale. Contrairement à ce que certains imaginent, ce ne sont pas plus les femmes que les hommes, ou l'inverse. Ni plus les vieux que les jeunes, ou l'inverse. Le manipulateur n'est pas plus intelligent que vous ; seulement plus malin ! Et tordu…"*, affirme Isabelle Nazare-Aga, thérapeute comportementaliste et cognitiviste.

L'instinct du prédateur
Le(la) manipulateur(trice) a l'instinct du prédateur. Il(elle) cible tout le monde et repère rapidement l'effet qu'il(elle) produit sur les gens.
"Il faut aux manipulateurs entre 5 et 15 minutes pour détecter qui est en face de lui. Parfois, c'est immédiat : quelques secondes suffisent. Si vous êtes indifférent à ce que les gens pensent de vous, vous n'êtes absolument pas la proie idéale pour un manipulateur. Si vous savez refuser ou si vous exprimez facilement votre opposition, vous n'êtes pas la personne à qui il demande des services. Il cible des personnes plus flexibles."*
(Voir : Se libérer du regard de l'autre)

Des caractéristiques reconnaissables
Mais il est parfois difficile d’identifier une relation toxique.
Isabelle Nazare-Aga a recensé une trentaine de caractéristiques de comportement, qui, cumulées, permettent d'identifier la manipulation.
Quelques exemples :
- le(la) manipulateur(trice) culpabilise les autres, au nom du lien familial, de l'amitié, de l'amour, de la conscience professionnelle, etc. ;
- il(elle) reporte sa responsabilité sur les autres ou se démet de ses propres responsabilités ;
- il(elle) ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et ses opinions ;
- il(elle) répond très souvent de manière floue ;
- il(elle) change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations…

Lorsque le masque est tombé, fini l'employé modèle, la femme parfaite ou le père idéal ! Le conte de fées a viré au cauchemar.
Une fois la relation identifiée comme toxique, Isabelle Nazare-Aga est formelle : tout espoir de pacification est vain, il est inutile d'attendre un changement. Ce type de relation conduit inéluctablement à l’épuisement et à une perte de confiance en soi. Il faut définitivement faire le deuil d'une communication "normale".

Oublier les idées reçues
Elle conseille alors d'abandonner les idées reçues sur lesquelles s'appuie le(la) manipulateur(trice) pour faire son œuvre :
- il serait indispensable d'être aimé, approuvé, estimé par tout le monde ;
- il faudrait être compétent en toute circonstance pour être valable ;
- on devrait toujours prendre les bonnes décisions, sinon on est stupide ;
- ce serait une catastrophe de ne pas trouver la bonne solution aux difficultés ;
- un mari ou une épouse ne pourrait pas détruire moralement le conjoint qu'il dit aimer pour la vie ;
- on devrait toujours répondre aux besoins de toute sa famille quelque soit les demandes ;
- une mère ne pourrait pas vouloir de mal à ses enfants.

Toutes ces croyances sont admises par la société mais ne reposent sur rien de solide. Elles structurent des schémas de pensée qui rendent vulnérable vis-à-vis d'une personnalité manipulatrice.

Mettre fin à la relation ou contre-manipuler
Le mieux, surtout dans le cas d'un couple, est de mettre fin à la relation.
Si l'on est obligé de la poursuivre, par exemple dans le milieu du travail, on peut utiliser des techniques de contre-manipulation.
Le principe est de communiquer avec le pervers narcissique à l’aide de phrases courtes, de rester dans le flou, d'utiliser des phrases toutes faites, des proverbes ou des principes, de faire de l’humour dès que c'est possible, surtout de l'autodérision, de sourire en fin de phrase, de ne pas se justifier, de toujours rester poli et d'éviter l'agressivité. L'objectif est de montrer au pervers narcissique qu'il(elle) n’a pas de pouvoir sur les émotions d’autrui.

Éloge de la fuite
Les psys n'ont pas encore trouvé la manière de développer les capacités d'empathie et de respect des pervers narcissiques.
"Il va donc falloir vous protéger", conclut Isabelle Nazare-Aga. "Imaginez-vous être en face d'un ours affamé : il est inutile de lui expliquer que vous êtes végétarien et que vous n'avez pas l'intention de lui faire du mal, échappez-vous le mieux possible."*

À l'instar d'Henri Laborit, neurobiologiste et médecin, qui a publié en 1976 Éloge de la fuite, elle considère que l'évasion est la meilleure, sinon la seule manière de ne pas se laisser détruire.
On peut se faire aider par de bons amis et il n'est pas inutile de se faire accompagner par un psychothérapeute averti.

 

Sources :
*Les manipulateurs sont parmi nous, Isabelle Nazare-Aga, Les éditions de l'Homme
Passeport Santé : Pervers narcissique : 10 signes qui doivent nous alerter
Psychologies : Manipulateurs, pervers narcissiques : qui sont-ils ?

 En savoir +

Qu'est-ce qu'un pervers narcissique ?

Il s'agit d'un trouble de la personnalité dans lequel la personne est dans un besoin constant d'admiration. Elle est dans un raisonnement de toute puissance, persuadée qu'elle a raison et que les autres ont tort, dénuée de toute empathie envers ses victimes.

Séductrice hors pair, elle présente un double visage et peut passer en un temps record du chaud au froid, du charme irrésistible à l'intimidation tranchante, de l'élan d'affection à l'humiliation gratuite. Critiques permanentes, violence verbale et psychologique, la barrière de la violence physique peut être franchie lorsqu'elle sent que sa victime est sur le point de faire éclater la vérité.
Elle peut être extravertie, bonne vivante, cultivée, altruiste. Mais elle peut être aussi plus timide et tout autant autoritaire et tyrannique…
Fascinée voire obsédée par l'argent, intelligente et souvent paranoïaque, elle utilise le mensonge au quotidien pour se faire valoir et aimer de son entourage.

C'est souvent un ancien enfant-roi qui reste coincé au stade de l'enfance.
Il manipule parce qu'il ne peut pas faire autrement : il s'agit d'un système de défense le plus souvent inconscient.
"Malgré les apparences, le manipulateur n'a pas confiance en lui. Il peut être comparé à une personne qui se noie. La personne "en train de sombrer" panique lorsqu'elle se sent aller vers le fond, le vide, la mort. Et cherche à s'appuyer sur ses sauveteurs, quitte à les noyer !"*, explique Isabelle Nazare-Aga.