Les sentiments de compassion ou d'isolement reflétés dans le microbiote ?

Les sentiments de compassion ou d'isolement reflétés dans le microbiote ?

Faible sentiment de solitude, niveaux élevés de sagesse, de compassion et d’engagement social chez les personnes ayant un microbiote intestinal plus riche et diversifié...

C'est la conclusion d'une étude états-unienne réalisée auprès de 187 personnes et publiée récemment dans le journal Frontiers in Psychiatry. Selon les chercheurs, "il est possible que le sentiment d’isolement résulte d’une instabilité du microbiote, indicatrice d’une résistance au stress et d’une résilience moindres, pouvant conduire à des effets physiologiques comme l’inflammation chronique".
Il pourrait y avoir une interaction réciproque : d'une part le sentiment de solitude pourrait induire des modifications du microbiote et, d'autre part, des altérations du milieu digestif pourraient prédisposer un individu à l’isolement.

Ces dernières années, de nombreuses études ont montré que le microbiote intestinal est une composante essentielle de l’axe intestin-cerveau. Il existe un écosystème complexe associant la fonction intestinale aux aires émotionnelles et cognitives du cerveau. L'altération du microbiote peut engendrer des troubles de la santé mentale divers : réponse inappropriée au stress (insuffisante ou excessive), processus de décision faussé, modification des traits de personnalité mais aussi dépression, troubles bipolaires ou schizophrénie.
Selon des recherches récentes, il y aurait même une relation entre l’équilibre du microbiote et le comportement social : on aurait un réseau social plus large que la moyenne quand on présente un microbiote plus diversifié.

 

Source : Alternative Santé, Jean-Pierre Giess – 06/04/21