Des pâtes, des pâtes… Oui, mais du bio ?

Des pâtes, des pâtes… Oui, mais du bio ?

Été comme hiver, nous mangeons tous des pâtes. Que ce soit en sauce ou nature, nous les adorons. De nombreuses variétés existent, de formes et de goûts différents, avec toujours un point commun : de grandes qualités gustatives et nutritionnelles. Et le bio ? A-t-il un réel intérêt pour un aliment en apparence si basique ?

Image

Sommaire

- Des pâtes sans farine de blé
- Des pâtes aux goûts différents
- Et pour les pâtes bio…
- Une source énergétique et nutritive importante
- Les pâtes apportent des fibres
- Les pâtes ne font pas grossir
- Bonnes pour la croissance et pour le moral

Pour fabriquer des pâtes, il faut de la farine ou de la semoule de céréales, et de l’eau ou des œufs. Une fois les ingrédients rassemblés, pétrissez, étalez, et coupez selon la forme que vous souhaitez obtenir.

En France, les pâtes doivent être obligatoirement fabriquées avec du blé dur depuis 1934. Seules les ravioles de Romans (minis raviolis au fromage) ont le droit d’être réalisés à base de farine de blé tendre.

Des pâtes sans farine de blé
Pour répondre aux besoins des consommateurs intolérants au gluten de blé, et pour satisfaire les papilles des gourmands que nous sommes, on trouve dans les magasins des pâtes sans farine de blé : pâtes à l’épeautre, au sarrasin, au quinoa, au riz, au manioc, au tapioca, au kamut, à la châtaigne, au soja.
Avant d’achetez ces pâtes un peu différentes, méfiez vous et lisez bien les étiquettes. Certaines pâtes à la farine de châtaigne par exemple n’en contiennent que 10 % alors que d’autres 100 %.

Des pâtes aux goûts différents
Certains produits peuvent être ajoutés aux pâtes pour leur donner un autre goût : les œufs, les légumes frais ou extraits de légumes, les aromates, le lait, le gluten. Tous les colorants, eux, qu’ils soient naturels ou chimiques, sont interdits.

Et pour les pâtes bio…
Les pâtes bio passent par les mêmes étapes de fabrication, ce qui change, ce sont les ingrédients : ils sont bio bien sûr.

Lorsque la farine contient tout ou partie de l’écorce du grain (c’est-à-dire lorsqu’elle est plus ou moins raffinée, complète ou semi-complète), elle est plus riche en fibres et en éléments nutritifs, mais attention car c’est dans cette même écorce que se concentrent les traitements phytosanitaires.
Pour faire simple, si vous souhaitez consommer des pâtes peu raffinées (fabriquées avec une farine complète ou semi-complète), mieux vaut les choisir bio, vous limiterez ainsi le risque d’ingérer des pesticides.

Pour les pâtes bio parfumées, les couleurs et les saveurs proviennent des plantes, fraîches lorsque c’est la saison, surgelées ou déshydratées dans le cas contraire. Là encore il faut bien lire les étiquettes pour connaître les proportions et les formes des parfums ajoutés.

Une source énergétique et nutritive importante
Pour une portion de 100 g de pâtes à base de blé dur, nous assimilons en moyenne entre 60 et 75 g de glucides, environ 2 g de lipides et autour de 12 g de protéines (à titre de comparaison, la viande de bœuf contient 20 % de protéines, les lentilles 24 %, le riz 8 %).

L’avantage des glucides complexes, appelés aussi sucres lents, c’est qu’ils mettent plus de temps à être dégradés que ceux qui se trouvent dans les bonbons ou les fruits. L’apport énergétique pour l’organisme dure plus longtemps.

Les pâtes apportent des fibres
Les fibres permettent une régulation du transit intestinal, notamment en équilibrant les pics d’hyperglycémie qui suivent un repas (la glycémie est le taux de sucre glucose dans le sang).

D'un point de vue nutritif, il vaut mieux privilégier les pâtes à base de céréales complètes (les fibres y sont présentes en plus grande quantité) mais biologiques car l’enveloppe du grain a tendance à stocker les produits pesticides utilisés en agriculture conventionnelle.

Les pâtes ne font pas grossir
C’est la sauce ou le fromage qu’on y ajoute qui nous fait prendre des kilos. De plus les sucres lents délivrent de l’énergie à l’organisme pendant 3 à 4 heures après leur ingestion.

Les ANC (apports nutritionnels conseillés) recommandent la consommation de 70 à 100 g de féculents par jour, pour une population de 18 à 60 ans. Bien sûr, il s’agit de moyennes, dépendant du sexe, de la corpulence, du poids, de la taille et de l’âge des individus.

Bonnes pour la croissance et pour le moral
"Des études sont en train de montrer que les glucides alimentaires stimulent l’anabolisme (construction) des protéines, et de ce fait la croissance", explique Jean-Bernard Mallet, médecin du sport. "Les chercheurs en micronutrition sont unanimes pour dire que l’ingestion des glucides produit des effets analogues aux médicaments antidépresseurs. Elle induit une sécrétion d’insuline qui entraîne à son tour la sécrétion d’une autre hormone dans le cerveau, la sérotonine, un neurotransmetteur qui joue un rôle fondamental dans l’humeur."*
Les glucides sont par ailleurs un carburant indispensable au bon fonctionnement du cerveau (concentration, mémoire...).

Farfalle, fusilli, orecchiette, spaghetti, tortellini et bien d’autres… À vous de faire votre choix au niveau de la forme, de la couleur et du parfum. N’hésitez pas à les accommoder avec des sauces diverses et variées, ainsi qu’avec les restes de votre réfrigérateur. Bon appétit !

 

Sources :
Délicieuses pâtes bio. De l’énergie, des couleurs et des saveurs, Natacha Duhaut, éditions Anagramme
*Le Régime des pâtes, Dr Jean-Bernard Mallet, éditions Odile Jacob
Histoire de pâtes
**Le Grand Livre des Aliments Santé, Patricia Bargis, éditions Eyrolles

 En savoir +

Côté cuisson, visez le "al dente"

Les pâtes "al dente" ont un pouvoir plus rassasiant que des pâtes trop cuites car elles favorisent la mastication, évitant ainsi de se resservir plusieurs fois.

1,6 g
de fibres alimentaires
dans 100 g de pâtes alimentaires cuites**

50 g
de phosphore
dans 100 g de pâtes alimentaires cuites**

20 g
de magnésium
dans 100 g de pâtes alimentaires cuites**