Vaccins anti-Covid-19 : le vrai et le faux des effets secondaires

Vaccins anti-Covid-19 : le vrai et le faux des effets secondaires

Deuxième cause de crainte (32 %) derrière la précipitation des essais cliniques, selon un sondage Ipsos du mois d'octobre…

Quelques réponses aux questions qui se posent sur les effets secondaires des vaccins anti-covid…

1) Les vaccins à ARN induisent une modification du génome ? Faux.
L'ARN messager ne rentre pas dans l'ADN humain, il ne s'agit pas de thérapie génique. Cela ne sera pas vrai en revanche pour les vaccins ADN (dont celui développé par l'Institut Pasteur) qui présentent le risque potentiel théorique d'intégration dans l'ADN de l'hôte.

2) Les vaccins contiennent des adjuvants dangereux ? Vrai et faux.
Les vaccins à ARN (Pfizer, Moderna) ou adénovirus (AstraZeneca ou Johnson&Johnson) n'ont pas besoin d'adjuvants. Ces derniers sont nécessaires pour améliorer l'efficacité des vaccins classiques (inactivés ou à protéine recombinante) car ils stimulent la réponse immunitaire innée. Sur les 13 vaccins actuellement en phase 3, environ la moitié ont recours à des adjuvants comme les sels d'aluminium, l'inuline et le squalène qui peuvent induire des effets secondaires temporaires (rougeur, gonflement au point d'injection, raideur ou douleur musculaire, fièvre).

3) Les effets secondaires des vaccins sont fréquents ? Vrai, mais ça dépend lesquels.
D'après les données actuelles, la majorité sont d'intensité légère ou modérée : fatigue, frissons, douleur ou rougeur au point d'injection, myalgies, maux de tête ou même fièvre, avec des fréquences variables. Elles existent également dans le groupe placebo.
Exemple : dans le vaccin Pfizer/BioNTech, 58,3 % des patients ont une réaction locale après la première dose (22,2 % dans le groupe placebo) et 8,3 % ont de la fièvre après le deuxième dose.
Un seul cas d'effet indésirable grave (paralysie transitoire des membres inférieurs) a été enregistré chez AstraZeneca (sur 20 000 personnes vaccinées).

4) Les vaccins ont des effets long terme que l’on ne connaît pas ? Vrai, mais très rares.
"On s'accorde à penser que des événements graves peuvent survenir jusqu'à six mois après une vaccination, et il peut exister des effets secondaires très rares que l'on ne verra pas tant qu'on n'aura pas vacciné un très grand nombre de personnes", estime Marie-Paule Kienny, la présidente du comité vaccin Covid-19.
La grande majorité des effets secondaires, graves ou pas, se manifestent dans les jours ou les semaines suivant l'injection, ce qui veut dire qu'on les aurait déjà constatés.

 

Source : Futura Sciences, Céline Deluzarche – 03/01/21