L’argile : une thérapie millénaire

L’argile : une thérapie millénaire

On peut la boire, s'en faire des cataplasme, des bains ou des masques de beauté… C'est une médecine ancestrale. Gorgée de soleil, d’air et d’eau, l’argile pourrait être un puissant agent de régénération capable de soulager ou résoudre certains de nos maux.

Image

Sommaire

- Pompe et pansement
- Grande variété
- Argile verte
- Argile blanche ou kaolinite
- Argile verte allemande ou Ludos
- Attapulgite
- Illite
- Utilisation par voie générale
- Utilisation par voie locale
- Pas de contre-indication

Les vrais inventeurs de l'argilothérapie sont en fait les animaux de la brousse africaine, qui non seulement se roulent dans la boue d'argile pour soigner leurs blessures et se protéger des insectes, mais aussi mangent de l'argile pour combler les carences en minéraux et oligo-éléments.
Dans l'Antiquité les Égyptiens, les Grecs, les Indiens et les Chinois ont formalisé son emploi.

Aujourd'hui, elle est courante dans la médecine conventionnelle. Mais elle se cache derrière des noms savants : attapulgite, kaolinite, silicate d’aluminium, montmorillinite, beidellite, etc.

Pompe et pansement
L'argile a un pouvoir absorbant, une fonction "pompe". Elle peut retenir toutes sortes de liquides, absorber les mauvaises odeurs. Elle aurait également un pouvoir "adsorbant", c'est-à-dire permettant la rétention des toxines à sa surface. L’argile capterait les éléments indésirables du corps pour les évacuer.

Selon certains spécialistes, l’argile possèderait la propriété de stimuler la radioactivité des corps sur lesquels elle est appliquée si celle-ci est déficitaire, ou d’absorber celle en excès. Elle aurait une fonction de régulateur et pourrait donc jouer un rôle de protection sur un organisme fragilisé par des rayonnements ionisants, ce qui est précieux à notre époque où l’on passe souvent plusieurs heures par jour devant ordinateur ou télévision.

L’argile empêcherait la prolifération bactérienne et microbienne. Une argile pure et séchée au soleil est naturellement exempte de micro-organismes nocifs.

Par son pouvoir couvrant, l'argile est un bon pansement, surtout les variétés structurées en feuillet (exemple : pansement gastrique).

Grande variété
Il existe une grande variété d’argiles. Elles sont classées par famille selon les éléments minéraux qu’elles contiennent et leur structure cristalline.
On trouve celles qui sont utilisées en thérapie dans les magasins diététiques ou en pharmacie.

Argile verte
La meilleure de toute est la montmorillonite (qui peut d’ailleurs être verte, blanche et même bleue). Elle contient de la silice, de l’oxyde de fer, d’aluminium, de manganèse et de titane. Elle contient aussi de la chaux, de la soude et des phosphates.
Elle est à la fois désintoxiquante, reminéralisante et absorbante. C’est l’argile la plus utilisée. On l’emploie pour reminéraliser et drainer, par voie externe en cataplasmes épais ou par voie interne sous forme d’eau argileuse à boire.

Argile blanche ou kaolinite
Elle est née de la décomposition de roches granitiques elle est constituée de deux couches, silice et alumine.
Sous forme de lait d’argile, son fort pouvoir couvrant, son action antibactérienne, anti-inflammatoire et cicatrisante la font préférer à d’autres comme pansement protecteur de la muqueuse gastrique et intestinale dont elle accélère la cicatrisation. Elle résout les fermentations et absorbe les toxines, ce qui la rend précieuse dans les cas de ballonnements et d’intoxication alimentaire. Par son effet de lest, elle aide à lutter contre la constipation. Elle joue aussi un rôle régulateur sur le pH.
En usage externe, tout lui est permis : cataplasme, emplâtre, masque. Elle est excellente en bain de bouche et pour le poudrage des bébés.

Argile verte allemande ou Ludos
Beige ou gris orangé, c'est la plus employée en Allemagne. Elle possède toutes les qualités de la montmorillonite.

Attapulgite
Blanche, verte ou parfois rouge vif, elle est utilisée pour ses vertus médicales en raison de son fort pouvoir adsorbant : pansements gastriques, ulcères d’estomac, colite, gastrite…

Illite
Fortement calcique et pauvre en magnésium, c'est une argile qui colle beaucoup à la peau. Utilisée pour sa capacité à absorber déchets, impuretés… En cataplasme épais, elle est aussi très intéressante dans le cas de traumatismes et contusions divers dont elle fait diminuer le gonflement (entorse, foulures…).

Utilisation par voie générale
Par voie générale interne, on peut l'utiliser par la bouche sous forme :
- de petits morceaux naturels grossièrement concassés à sucer lentement,
- d’eau argileuse à boire préparée en délayant parfaitement 2 cuillérées à café rases d'argile finement pulvérisée et purifiée de ses impuretés dans un grand verre à moitié plein d’eau minérale plate faiblement minéralisée ; laisser reposer quelques heures au frais et absorber cette préparation soit après l’avoir à nouveau bien remuée afin que le mélange redevienne homogène, soit en buvant l’eau qui surnage après décantation de l’argile au fond du verre.

Par voie générale externe, on peut l'utiliser sous forme de bain pour l’ensemble du corps. Ce type de bain est essentiellement pratiqué dans certaines stations thermales spécialisées.

Utilisation par voie locale
Par voie locale interne, l’argile est utilisée sous forme d’eau argileuse :
- en bain de bouche ou en gargarisme,
- en irrigation nasale,
- en injection vaginale ou lavement rectal.

Par voie locale externe, l’argile est utilisée sous forme :
- de cataplasme,
- de compresse et d’enveloppement utilisés lorsque la surface à recouvrir est très importante ou encore de badigeonnage locaux en application directe sur certaines régions cutanées ou sur certaines lésions,
- de bain local ou partiel,
- de poudrage,
- de masque de beauté,
- de shampoing.

Pas de contre-indication
L’argile est habituellement parfaitement bien tolérée et elle ne présente aucune contre-indication, ni par voie générale ou locale externe, ni par voie locale interne.
Elle demande en revanche quelques précautions d’emploi quant à son utilisation par voie générale interne. À déconseiller en cas d'antécédents d’occlusion intestinale, de constipation chronique, de hernie, d'absorption d’huile de paraffine, d'alimentation trop riche en matières grasses, et de prise de certaines médications susceptibles d’être incompatibles avec l’ingestion d’argile. Au moindre doute, il est sage d'interroger son médecin.

 

Sources :
L’argile facile, Marie-France Muller, éditions Jouvence
L’argile qui guérit, Raymond Dextreit, éditions Vivre en Harmonie

 En savoir +

 Remèdes et soins à base d’argile

Grippe
Appliquer un épais cataplasme d’argile froide sur le bas-ventre. Le garder deux heures. Renouveler ce cataplasme trois ou quatre fois dans le courant de la journée.

Gastro-enterite : montmorillonite, attapulgite, illite
Prendre 3 ou 4 verres par jour de lait d’argile avant les repas.
Cataplasmes froids ou tiédis, selon le ressenti, sur l’estomac et l’abdomen une fois par jour.

Migraine, maux de tête : montmorillonite, illite
Appliquer sur le front et sur la nuque, en alternance, un cataplasme froid, à renouveler dès qu’il semble chaud.

Odeurs corporelles
Saupoudrer avec de l’argile blanche les parties du corps concernées : l’odeur disparaît absorbée par la terre.

Soin du visage : masque pour peau grasse et à comédons
Argile verte (désincrustante) associée aux algues marines ou extraites d’algues.

Soin du corps : cellulite
Avant l’application, se frictionner au gant de crin. Préparer une boue pâteuse avec du rassoul délayé dans de l’eau tiède. L'appliquer en cataplasmes sur les zones atteintes (hanches, ventre, taille, cuisses…) préalablement humidifiées. Laisser sécher puis nettoyer avec de l’eau d’hamamélis astringente.

Soin des cheveux : cheveux blonds
Ajouter à l’emplâtre à base d’argile verte de la poudre de camomille et laisser poser : les cheveux gagneront de jolis reflets.