Antibiotiques, antidépresseurs… Absorbons-nous des résidus de médicaments sans le savoir ?

Antibiotiques, antidépresseurs… Absorbons-nous des résidus de médicaments sans le savoir ?

Une quantité importante de médicaments est rejetée chaque jour dans les eaux de surface par le biais des eaux usées (urines ou fèces).

Or la consommation mondiale de médicaments est en hausse. Par exemple, durant la dernière décennie, la consommation de traitement hypocholestérolémiant a presque quadruplé, celle d’antidépresseurs et d’antidiabétiques a doublé et celle d’antihypertenseurs a augmenté de 65 %.
Une partie de ces produits pharmaceutiques est secrétée par le corps soit intacts, soit transformée en métabolites (petites molécules organiques utilisables par les organismes vivants) et se retrouve dans les stations d'épuration des eaux qui ne sont pas conçues pour les traiter. Ces médicaments peuvent parcourir de longues distances, passer des rivières aux eaux souterraines et aux sols agricoles, où ils peuvent être absorbés par les plantes et se retrouver dans la chaîne alimentaire (céréales, légumes, fruits…).

Selon un rapport de l'OCDE datant de 2019, voici les effets de ces substances observés en laboratoire…
- Les analgésiques peuvent entraîner une génotoxicité (toxique pour l’ADN) et une neurotoxicité chez les mollusques, une perturbation endocrinienne chez les grenouilles.
- Les antiépileptiques provoquent un retard de croissance chez les poissons et sont délétères pour le système reproducteur des invertébrés.
- Les antipsychotiques entraînent des troubles du comportement chez les poissons.
- Les antidiabétiques oraux ont des effets potentiels sur le système endocrinien des poissons.
- Les hormones provoquent des altérations du système reproducteur chez les poissons et les grenouilles.

Ces molécules rejoignent dans la nature d'autres polluants : métaux à l’état de traces, pesticides, biocides, additifs chimiques et nanoplastiques. On n'a pas encore de données fiables sur la toxicité des effets cocktails de ces substances.
Il est donc urgent d'agir dans les différents secteurs de la production de médicaments, au niveau de l’élimination des déchets et du traitement des eaux usées. Et il est essentiel d’encourager une utilisation plus raisonnée des médicaments.

 

Source : The Conversation, Raffaella Meffe, Ana de Santiago Martin – 12/02/23